X

Enquire Now

Applique Bien Image

UNE COALITION CONTRE LES MCV

Les maladies cardiovasculaires (MCV) sont un double fléau humain et

économique qui ne cesse de s’alourdir en Afrique de l’Ouest.

Applique Bien Image

#PASCCIR

PROGRAMME D'AMÉLIORATION DE LA SANTÉ

CARDIOVASCULAIRE

EN CÔTE D'IVOIRE RURALE

Applique Bien Image

Le PASCCIR s’inscrit dans le cadre du Programme National de Prévention des Maladies Non-Transmissibles du Ministère de la Santé et de l’Hygiène Publique de Côte d‘Ivoire, lequel aréitéré son soutien institutionnel au programme.

Des besoins croissants

En Côte d’Ivoire, les populations ne sont pas épargnées par les changements sociaux et comportementaux qui s’opèrent dans la région, responsables de l’augmentation drastique de l’hypertension artérielle, de l’obésité et du diabète, premiers facteurs de risque cardiovasculaire.

Malgré les efforts gouvernementaux en matière de lutte contre les maladies nontransmissibles, l’insuffisance de structures médicales avec des plateaux techniques adaptés et le manque de personnels médicaux ne permettent pas de satisfaire les besoins de santé spécialisés des populations, notamment celles des zones rurales et périurbaines défavorisées.

À cela s’ajoute le manque de données académiques et statistiques, véritable frein à la mise en place d’une stratégie de santé publique adaptée.

Une réponse coordonnée

Le Programme d’Amélioration de la Santé Cardiovasculaire en Côte d’Ivoire Rurale - PASCCIR répond depuis 2016 aux besoins de santé cardiovasculaire croissants des Ivoiriens en coordonnant une présence médicale spécialisée dans les zones mal desservies du pays.

Renforcé en 2021 par l’arrivée de trois nouveaux partenaires, le groupe UPL, sa filiale ivoirienne Callivoire et le Groupe de Recherches et d’Actions contre les Maladies Cardiovasculaires, le PASCCIR se veut une véritable coalition contre les maladies cardiovasculaires en Côte d’Ivoire rurale.

Prévu pour une durée de 5 ans, ce partenariat élargi doit permettre de pérenniser les actions de prévention, de dépistage, de formation médicale, de recherche académique et de plaidoyer déployées par The Heart Fund et l’Institut de Cardiologie d’Abidjan depuis 2016.

Depuis son implémentation, le PASCCIR a déjà permis de faire bénéficier 18 000 Ivoiriens ruraux et périurbains de consultations en cardiologie, d’opérer 15 enfants souffrant de cardiopathies congénitales dans leur pays d'origine, de former 91 personnels de santé et de réaliser une recherche épidémiologique sur la prévalence de l'hypertension artérielle sévère en Côte d'Ivoire.

IMPACT DU PASCCIR

Applique Bien Image

KILOMÈTRES

50 000

Applique Bien Image

CONSULTATIONS

18 004

Applique Bien Image

PERSONNELS DE SANTÉ FORMÉS

91

Applique Bien Image

ENFANTS OPÉRÉS

15

Applique Bien Image

RECHERCHE ÉPIDÉMIOLOGIQUE

01

LES PARTENAIRES

Applique Bien Image

Depuis 2010, The Heart Fund (THF) développe des stratégies de santé et des solutions innovantes pour révolutionner l’accès aux soins cardiovasculaires dans les pays en développement.

Pour cela, THF initie et coordonne des partenariats stratégiques avec les agences de développement internationales (ONU, OMS, PAHO, OCHA, PADF),

Applique Bien Image
Applique Bien Image
Applique Bien Image
Applique Bien Image
Applique Bien Image

des fabricants de solutions et matériels médicaux (Abbott, Cardimed, etc.)

Applique Bien Image
Applique Bien Image

les gouvernements et ministères de la santé des pays dans lesquels il intervient ainsi qu'avec des partenaires locaux.

Du "dernier kilomètre" (cliniques cardiaques mobiles The Heart Mobile™, télémédecine) à des systèmes global health intégrés (PASCCIR), THF s’appuie sur un réseau international de praticiens et spécialistes en santé publique et en traitement des maladies cardiovasculaires pour réduire les injustices à tous les niveaux de la chaine de valeur de santé.

Créé à Paris par le chirurgien cardiaque pédiatrique Dr. David LUU, THF a acquis en 2018 le Statut Consultatif Spécial des Nations Unies et est membre associé de la World Heart Federation.

The Heart Fund possède des bureaux à Paris et à New York City et travaille en Afrique, en Asie et aux Caraïbes.

Applique Bien Image

www.theheartfund.eu

Applique Bien Image

UPL est le cinquième leader mondial de l’industrie agrochimique et l’un des pionniers dans le développement des systèmes alimentaires durable dans le monde. Présent dans 138+ pays, UPL dispose d’une offre globale de solutions agricoles et de protections biologiques couvrant l’ensemble de la chaîne de valeur de diverses cultures arables et spécialisées. Classée N°1 mondiale en 2020 dans le secteur agrofourniture, pour sa gestion des risques environnementaux, sociaux et de gouvernance, UPL a à coeur d’améliorer le quotidien des agriculteurs et de changer la donne pour une alimentation plus durable et sécurisée dans le monde.
www.upl-ltd.com

Applique Bien Image

Le Groupe de Recherches et d’Actions Contre Les Maladies Cardiovasculaires (GRAM) a pour objectif de contribuer à la prévention, à la prise en charge et à la recherche sur les maladies cardio-vasculaires en Côte d’Ivoire et en Afrique de l’Ouest. Ses missions sont, entre autres, de contribuer à la formation des agents de santé sur les bonnes pratiques en matière de prise en charge des maladies cardiovasculaires; contribuer au dépistage systématique des affections cardio-vasculaires; renforcer la communication pour le changement comportemental et social des populations vis-àvis de la prévention des maladies cardiovasculaires.

Applique Bien Image

Créé en 1986 en Côte d’Ivoire, la filiale Ivoirienne du groupe UPL, Callivoire, occupe la première place du marché ouest Africain et accompagne les agriculteurs, les ONG et les entreprises à réaliser le plein potentiel de leurs projets agricoles.
www.callivoire.com

Applique Bien Image

L'Institut de Cardiologie d'Abidjan est l'hôpital référent pour les maladies cardiovasculaires en Côte d’Ivoire. Sa mission est d’assurer des soins d’urgence, des examens de diagnostic, des consultations et traitements, l’hospitalisation des malades cardiovasculaires et de participer aux actions de médecine préventive, de participer à l’enseignement universitaire médical, à la formation paramédicale et à la recherche.

une clinique cardiaque mobile

La Côte d'Ivoire n'est pourvue que d'un seul centre de cardiologie public pour l'ensemble de sa population, soit 1 centre pour 26,789,818 de personnes, et alors même que les maladies cardiovasculaires y ont une prévalence élevée.

Le Programme d’Amélioration de la Santé Cardiovasculaire en Côte d’Ivoire Rurale - PASCCIR apporte une réponse à cette problématique, exacerbée par l'augmentation rapide des maladies cardiovasculaires et des besoins de santé liés, en déplaçant l’hôpital vers les zones mal desservies du pays.

Le PASCCIR, c’est un réseau de médecins, de cardiologues et d’infirmiers circulant à bord de « The Heart Mobile », une clinique cardiaque mobile développée spécifiquement pour les besoins du programme et dispensant gratuitement des soins de santé primaires et spécialisés aux populations vulnérables.

Connectée et équipée de technologies cardiovasculaires de pointe, The Heart Mobile permet notamment de réaliser à son bord des électrocardiogrammes et des échographies cardiaques.

Grâce au soutien financier du groupe UPL, de sa filiale ivoirienne Callivoire et de la famille Schroff, le PASCCIR a pu se munir d'une seconde clinique cardiaque mobile, qui entrera en opération le 20 février 2021.

Applique Bien Image

#PASCCIR

1 CENTRE DE CARDIOLOGIE POUR 27M DE
PERSONNES EN CÔTE D'IVOIRE

(1 POUR 120 000 PERSONNES AUX ÉTATS-UNIS)

Des besoins de santé cardiovasculaire

Croissants

Les communautés rurales ne sont pas épargnées par le fléau grandissant des maladies cardiovasculaires (MCV), car même si leur prévalence y est moindre qu’en milieu urbain, les MCV y sont comparativement jusqu’à 2,5 fois moins dépistées ou prises en charge.

Lors d'une campagne de dépistage menée dans 8 villages ivoiriens au printemps 2019 dans le cadre du programme, prêt d'un cas sur deux (49,6%) d'hypertension artérielle (>15,9 mm Hg) dépisté l'était pour la première fois [voir encadré page suivante].

C’est également le cas pour l’hypertension artérielle (HTA) sévère (PAS > 180mmHg et/ou PAD > 110mmHg), comme l’ont constaté les partenaires du PASCCIR en menant en 2016 une recherche épidémiologique sur 1182 sujets ruraux et urbains.

Dirigée par le Pr. Eloi MARIJON, chercheur à l’Inserm et Chef du département de cardiologie à l’Hôpital Européen Georges Pompidou, l’étude a révélé une prévalence de l’hypertension artérielle sévère en Côte d’Ivoire de 14.1%.

Sans surprise, la présence de HTA sévère était nettement supérieure en milieu urbain (17%) qu’en milieu rural (9,2%), mais son dépistage et/ou sa prise en charge était.

Presque 2,5 fois moins importante chez les sujets ruraux que chez les sujets urbains.

C’est donc plus d’1 Ivoirien rural sur 2 (50,4%) souffrant d'hypertension artérielle sévère qui n'était alors pas dépisté et/ou pas pris en charge (21,9% chez les sujets urbains).

Étude De Cas

Campagne De Dépistage Menée Dans 8 Villages

Entre Avril Et Juin 2019

Applique Bien Image

Personnes Dépistées

4 739

Applique Bien Image

Sujets Hypertendus (>15,9 Mm Hg)

996 (21%)

Premier Diagnostique

494/996 (49,6%)

Applique Bien Image

Sujets En Surpoids (Imc 25 - 29,9 Kg/M2)

1261 (26,6%)

Applique Bien Image

Sujets Obèses (Imc 30 - 40 Kg/M2)

970 (20,5%)

Applique Bien Image
Applique Bien Image
Applique Bien Image